Le 8° CIRFF se tiendra en France , à l'université de Nanterre du 27 au 31 août 2018.

Son thème : Espaces et enjeux des savoirs féministes : Réalités, luttes, utopies

 

Réussir l'égalité Femmes-Hommes présente :

* le Lundi 27 août 2018  : une Exposition virtuelle d’affiches sur la Convention sur l'élimination des discriminations envers les femmes (CEDEF/CEDAW) réalisée par des collégien·ne·s et des lycéen·ne·s français·e·s
Ces affiches font suite à l’action de REFH dans les collèges et lycées pour faire connaître la Convention CEDEF/CEDAW de l’ONU ratifiée par la France en décembre 1983. Des élèves d'établissements scolaires français ont réalisé, dans le cadre de leur formation à la citoyenneté, avec leurs professeur·e·s de différentes disciplines de très belles affiches illustrant des articles de la CEDEF. A travers l'illustration des articles de la Convention, les élèves filles et garçons prennent conscience des stéréotypes et des discriminations à l'encontre des filles et des femmes, et s’approprient cet outil trop mal connu. De nombreux thèmes ont ainsi été illustrés : l’égalité !

 

  • le Mardi 28 août 2018 dans l'atelier, L’école des filles, sous la Présidence de KLEIN Huguette, Présidente de l'association Réussir l'égalité Femmes-Hommes,
  • communication de CHADEFAUD Catherine
    Secrétaire générale de REFH Professeure d'histoire CPGE
    Aujourd'hui pour demain : exiger la présence des femmes dans les manuels scolaires d'histoire en collège

 

Voir le programme complet sur le site.

 

Le CIRFF

Depuis 1996, date de leur première édition qui s’est tenue à l’Université Laval à Québec, les Congrès internationaux des recherches féministes dans la francophonie (CIRFF) constituent, tous les trois ans, un moment privilégié d’échanges et de débats entre chercheuses de tout statut, étudiantes, créatrices, militantes et actrices sociales, et leurs homologues masculins, impliqué-e-s dans la production des savoirs féministes en langue française, autour des études féministes, de genre et sur les femmes.

La francophonie représente tant le trait d’union que l’enjeu d’un débat sur la portée heuristique de la langue française, non seulement face à l’anglais dominant dans les sciences, mais aussi dans un contexte mondial postcolonial où les langues scientifiques sont des langues de domination géopolitique et économique.