L'Académie française va réexaminer sa position. La cour de Cassation le demandait depuis avril, mais l'Académie n'avait aps bougé. Elle aurait assuré à la Cour de cassation qu'elle se pencherait sur la question "d'ici la fin de l'année".

C’est seulement le 6 novembre que Hélène Carrère d'Encausse, la secrétaire perpétuelle de l'Académie, a répondu, soit 5 jours après la tribune d'Eliane Viennot «Débranchons l’Académie». Elle rappelait  son opposition systématique aux termes féminins prestigieux et à la féminisation des métiers, titres et fonctions. Elle a rendu publique sa décision le lendemain de la circulaire du Ministre de l'Education nationale interdisant l'écirture inclusive dans les textes administratifs. 

Eliane Viennot commente : l'Académie annonce"revenir sur sa position sur ces fameux noms de fonction qu’il fallait laisser au masculin – « parce que c’est neutre, la fonction ». A l’évidence, vu que le pouvoir les invite à fournir tous les noms au féminin, leur thèse sur le neutre s’écroule. ...
Cette institution reconnaît qu’elle a fait fausse route, qu’elle doit maintenant s’adapter. Les féministes avaient raison. Ceux qui s’appuyaient sur elle pour freiner n’ont plus de champion. Ils vont continuer de faire le dos rond, mais on va les obliger à s’aligner. Oui, la bagarre aujourd’hui est d’extirper de l’école la règle scélérate."