Les élections sénatoriales du dimanche 24 septembre 2017 se sont traduites par une très légère progression de la parité. 32,9% des Sénateur.rice.s élu.e.s sont des femmes, portant la part des femmes au Sénat à 29,2% contre 25% à l’issue des dernières élections. A ce rythme, il faudra attendre 2032 pour atteindre la parité au Sénat.

 

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes regrette une progression de la parité qui reste modeste. A la veille du scrutin de ce dimanche, les femmes comptaient pour 45,5% des candidat.e.s, tous modes de scrutin confondus. Seule la moitié d’entre elles ont donc été élues. La question doit être posée : où sont passées les femmes ?

 

Si la part des femmes élues est inférieure à celle des hommes, c’est surtout parce que les candidates n’étaient pas en position de gagner. La plupart des candidat.e.s à leur propre réélection décuplent en effet leurs chances d’être réélu.e.s en créant une liste dissidente dont ils prennent la tête, et en reléguant ainsi les femmes à la deuxième place. C’est ainsi que depuis 10 ans, le nombre de candidat.e.s et de listes a plus que doublé (754 candidat.e.s en 2008/1996 candidat.e.s en 2017), et cette année, les femmes ne représentaient qu’un quart des têtes de listes, limitant ainsi leur chance d’être élues. Les stratégies anti-parité déployées par les partis politiques se sont encore renforcées.

 

Voir le CP du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes