Pour la rentrée scolaire, REFH adresse une lettre ouverte à Souâd Ayada, Présidente du Conseil supérieur des programmes
concernant les nouveaux programmes d'histoire du lycée

L’opportunité de rendre l'histoire enseignée plus conforme à la réalité — en montrant clairement le rôle de la moitié des populations — a de nouveau été perdue. L'absence des problématiques d'égalité femmes-hommes n'encourage pas les enseignant.es à développer ces questions, qui sont pourtant au cœur de notre société actuelle dans sa diversité.

Notre souhait que les programmes d'histoire permettent d'apporter des connaissances nouvelles sur le rôle des femmes et sur la construction des inégalités entre femmes et hommes n'est pas rempli. Ni celui que l'enseignement de l'Histoire participe à l'objectif d'égalité, pourtant affirmé comme Grande cause nationale par le Président de la République et le gouvernement.



REFH organise son troisième matrimoine,
cette année autour de Grace Whitney Hoff  
et du 
Foyer international des étudiantes le 21 septembre 2019



L'article que REFH a écrit sur Les femmes dans l'histoire enseignée au collège. Programmes de 2015 et manuels de 2016. " est paru dans la revue  Éducation & formations n°98 - L'égalité entre les filles et les garçons, entre les femmes et les hommes, dans le système éducatif – volume 3

par Catherine Chadefaud, Claire Desaint, Nicole Fouché


 
Interventions scolaires pour l'année 2019-2020

 C’est parce que l’égalité filles-garçons fait partie des valeurs de la République que plusieures membres de notre association «Réussir l’égalité Femmes-Hommes» (REFH) ont été agrées par la Réserve citoyenne de l’Éducation nationale et sont déjà intervenues dans des collèges et lycées. Par ailleurs la Convention interministérielle 2013-2018 pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif est toujours d’actualité.

Nos propositions d’actions se font toujours en synergie avec les professeur.e.s.





Réclamations collectives sur l'inégalité de salaire entre les femmes et les hommes au Conseil de l'Europe

Notre tribune dans Libé du 3 octobre 2017