8mars1917petrograd450

 

Femmes manifestant à Petrograd le 8 mars 2017

 

14juillet36 groupe de jeunes filles du PCF manifestantes

 

Groupe de jeunes filles du PCF manifestant le 14 juillet 1936

 

femmesresistantes senat

 

Au Sénat, plaque commémorant les femmes résistantes

 

genocidenazi

 

Jeunes femmes lors du génociade nazi

 

Ouvrage coordonné par Geneviève Dermenjian, Irène Jami, Annie Rouquier, Françoise Thébaud
La place des femmes dans l’histoire. Une histoire mixte.

Éditions Belin 415 pages, Novembre 2010

 


livreplacedesfemmes   

La place des femmes dans l’histoire est un ouvrage collectif qui a été réalisé avec l’objectif d’éclairer, grâce aux gender studies, les programmes nationaux d’histoire. Il souhaite faire sortir les femmes de l’ombre, dans laquelle les laissent l’enseignement. Cela s’inscrit dans la lignée du travail qu’Annette Wieworka effectua en 2004 : Quelle place pour les femmes dans l’histoire enseignée ?
.

Réalisé à l’initiative d’une association au nom évocateur : Mnémosyne (déesse de la mémoire et mère des neuf muses de l’Antiquité grecque), ce livre cherche à reconstruire un récit historique qui est défini comme « partiel et partial ». Cependant, le sous-titre : Une histoire mixte, permet de comprendre immédiatement que l’objet n’est pas de reprendre ici, la lutte féministe, mais de comprendre les rapports multiples : sociaux, culturels, économiques, politiques ou religieux, entre les représentants des deux sexes, de l’Antiquité jusqu’à nos jours
 
La place des femmes dans l’histoire prend place dans une approche institutionnelle. Les auteurs inscrivent leur ouvrage dans la poursuite d’un travail débuté au Conseil National des Programmes, sous la direction de Luc Ferry, dont la finalité serait « des manuels-élèves de plus en plus mixtes ». Ils accueillent dans leurs rangs, essentiellement, des enseignants en fonction et des IA-IPR. L’ouvrage suit donc les programmes, en dépit des errances qu’on leur connaît, mais dans un ordre chronologique, ce qui en facilite l’accès. Un découpage s’effectue à travers trente-six chapitres répartis en cinq grands axes. Chaque chapitre est accompagné de dossiers, afin de donner des pistes pédagogiques. La dimension très cloisonnée de l’ouvrage nécessite de faire une critique qui reprendra les différents thèmes, dans leur ordre d’exposition, afin de ne pas perdre le lecteur.